Les situations de survie et de vie dans la nature en générale peuvent se séparer en deux grandes catégories: celles où l’objectif est de se déplacer (marche en vacances ou fuite, ce qui peut arriver en cas de guerre, de zone sinistrée sans nourriture suffisante, etc.), et celles ou l’objectif est « simplement » de survivre, en attendant des secours par exemple.

Évidemment, un abri pour la nuit entre deux journées de marches ne ressemblera pas à un abri dans lequel vous comptez vivre plusieurs jours voir semaines (pourquoi pas?). Idem en fonction des outils que vous possédez ou non. Ainsi, différentes possibilités vous seront proposées dans cet article et il s’agira de choisir celle qui correspond le mieux à votre situation.

Choix de l’emplacement.

Tout d’abord, il vous faut choisir judicieusement l’emplacement de votre abri. Pas trop loin d’une source d’eau (un ru ou une petite rivière est idéale) pour éviter d’avoir à faire trop d’efforts pour avoir de l’eau, sans trop s’en rapprocher pour ne pas être dérangé par les insectes et autres animaux vivant autour. Je vous recommande vivement d’éviter de vous approcher des marécages, qui vous feront passer de mauvaises nuits à cause des insectes.

Dans la mesure du possible, essayez également de construire votre abri en hauteur, évitez les fonds de vallées ou ce genre de situations, qui ont plus de chance d’être humides. Les lits de rivières asséchés sont également une fausse bonne idée puisqu’ils peuvent se remplir assez vite en cas de fortes pluies.

Enfin, en fonction de la situation, faites attention à rester discret si c’est nécessaire (les bois sont idéaux pour ça.) Faites également attention aux abris d’animaux et évitez de les gêner.

Différents types d’abri

  • Sous un arbre coupé:

 

abri sous un connifère coupéPrenez un arbre bien fourni (si possible un conifère) et renversez-le comme sur l’image ci-contre, sans le couper totalement si possible. Dégagez ensuite les branches à « l’intérieur » (ne retirez pas autant de branches sur les cotés que sur la photo, ne retirez que ce dont vous avez besoin comme espace pour dormir.) Utilisez ces branches, en retirant les morceaux de bois trop épais, pour faire une sorte de matelas au sol (en plus d’être beaucoup plus touffu pour vous protéger, les conifères permettent de faire un matelas très confortable!). On notera juste qu’il ne faut pas faire cet abri à chaque fois que vous marchez. Si vous n’êtes pas dans une situation d’urgence, construisez un abri et évitez de tuer un arbre gratuitement…

 

  •  sous un surplomb

surplomb

En règle générale, il vaut mieux éviter les grottes. Elles risquent d’être habitées, et vous risquez de vous intoxiquer avec le feu. Cependant, un surplomb ou, encore mieux, un léger renfoncement dans la roche (une grotte très peu profonde quoi…) peuvent être très utiles: s’il y a un surplomb, complétez-le en construisant des « murs » à l’aide de branche, en veillant à laisser une ouverture suffisamment grande pour que la fumée ne vous enfume pas. faîtes votre feu à l’entrée de l’abri ainsi construit, de manière à ce que la fumée s’échappe mais que vous profitiez de la chaleur.

 

 

 

  • Dans un trou:

abri dans un trouLa température varie beaucoup moins à mesure que l’on s’enfonce dans la terre (c’est à dire qu’il fait moins chaud l’été et moins froid l’hiver à 1m dans le sol.) Cette différence est assez sensible, même sans creuser un trou très profond. C’est donc une autre option d’abri: creusez un trou dans le sol et recouvrez-le de branches. Vous avez ici plusieurs façon de vous simplifier la vie. Vous pouvez pas exemple profiter d’un renfoncement pré-existant du sol: en creusant autant, vous aurez plus d’espace une fois le « toit » placé. Vous pouvez également rehausser votre toit à l’aide d’une construction du type « appentis »

 

  • Fabriquer un appentis:
    • L’appentis de fortune:

    L’option la plus simple esttronc de trouver un obstacle assez épais (un tronc ou un rocher en long par exemple, cf. image), et de construire un « toit » entre ce dernier et le sol. Pour cela, déterminez de quel côté est le vent dominant, et placez-vous à l’opposé par rapport à l’obstacle. Posez ensuite des branches comme sur l’image, en les liant soit à l’obstacle, soit entre elles en haut, et en les enfonçant dans la terre en bas si c’est possible. Placez ensuite des feuillages (branches de conifères par exemple) au dessus pour améliorer l’isolation, que vous complèterez avec des feuilles mortes s’il y en a. Cet appentis est très rudimentaire mais peut être fait très rapidement si une nuit froide arrive trop vite par exemple. Vous pouvez éventuellement creuser un peu pour augmenter la hauteur-sous-plafond afin de gagner un peu en confort 😉

    • L’appentis plus « long-terme »:

appentisIci, on consacre un peu plus de temps à la fabrication de l’abri. Il sera également un peu moins bien isolé, mais permettra de faire du feu (ce qui change clairement tout…). L’idée est cette fois de prendre deux arbres à une distance raisonnable l’un de l’autre (en fonction du nombre de personnes à abriter notamment), et de procéder comme sur la photo: placez un branche entre les arbres, qui servira de poutre, puis montez l’appentis contre cette poutre. Construisez ensuite un mur qui aura la double fonction de vous protéger du vent (pour cela, essayez d’y ajouter des branchages pour le rendre moins perméable) et de renvoyer vers l’appentis la chaleur du feu que vous ferez. Le feu ne devra pas être sous la poutre mais 50 ou 60 cm derrière (afin de ne pas brûler votre appentis…), ce qui nécessite de mettre le mur un mètre derrière les arbres. Vous pouvez également murer un coté de votre appentis (avec des branches de conifères par exemple), voire les deux.

En zone enneigée (notamment en montagne), il est beaucoup plus difficile de se protéger du froid. La meilleur solution consiste à creuser un trou, soit intégralement dans la neige (ce qui est un peu compliqué sans outils), soit sous un sapin qui vous servira de toit. Creusez jusqu’au sol (éventuellement à l’aide d’un feu pour faire fondre la neige) afin de pouvoir faire du feu.

Aménagement: 

Avant de faire votre abri, si vous en avez le temps, faites un feu (assez grand en termes de surface) sur la zone où vous comptez dormir. Cela permettra de l’assécher et d’éloigner les insectes dans le sol. Retirez ensuite les cendres, et construisez votre abri par-dessus.

Ensuite, il faut vous constituer un matelas afin de vous isoler du sol: l’idéal pour cela est de prendre des branches de conifères dont vous aurez retiré les plus grosses branches. N’hésitez pas à faire un matelas très épais au départ (20 cm sans problème, vous pouvez aller jusqu’à 40 cm), il s’affaissera de toutes façons, et vous serez sûrement mieux ainsi. Pensez toujours à réfléchir au vent avant de construire votre abri: essayez de savoir d’où vient le vent dominant et orientez votre abri afin de vous en protéger.

 

N’hésitez pas à donner vos conseils sur la construction d’un abri et son aménagement! D’autres conseils seront ajoutés ici prochainement. Ajoutez-nous sur Facebook ou Twitter pour être au courant des nouveaux articles.

Paul.

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous aimez notre site ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles et news gratuitement !
Pseudo
Adresse email

7 COMMENTAIRES

  1. J’ajouterai qu’une couverture de survie (<100gr) 5-15€, peut ajouter de précieux degrés ou servir de coupe-vent, qui est un facteur de refroidissement non-négligeable.
    Peut-être est-ce une remarque hors sujet si on parle de partir avec presque rien?!
    Perso, c'est un basique.
    Préférez une couverture de survie robuste (plutôt 200gr, 20x30cm pliée, 15€) que la toute légère petite et pas chère. Il m'a été raconté la mésaventure d'un montagnard qui a du sortir la sienne dans une situation d'urgence et qui avait le "petit"modèle dans son sac depuis 2-3 ans: elle s'est déchirée/désagrégée….
    Quoi qu'il en soit, mieux vaut la petite que rien du tout.

  2. Franchement mon pote génial je ne c’est pas si tu as un site YouTube mes si tu en a pas fais en un et mes en pratique montre le en vidéo tu feras un carton . Je me suis régalé à lire une grande partie . Je continuais ce soir le reste .
    Merci mon pote super ton site

    • Merci beaucoup ! Malheureusement on n’a pas de chaîne YouTube non… Peut être un projet futur quand on aura un peu plus de temps !

  3. Bonjour,

    Merci pour ce superbe article. Vous m’aider beaucoup.
    Pourriez vous préciser les dates auxquelles selon vous on peut dormir sans abris en France (notamment IDF (Ile de France)) ?
    Merci, ça me fera gagné un temps utile le moment venu

    Michael

    • Salut et merci pour ton commentaire 🙂
      Je pense que raisonnablement il faut toujours prévoir une solution pour s’abriter (soit quelque chose que l’on emporte, soit connaitre un lieu où se réfugier). A moins d’être certain de la météo si tu ne dois vivre dehors que quelques jour prévois toujours quelque chose, on n’est jamais trop prudent. Une simple bâche peut faire l’affaire.
      Niveaux dates, entre octobre et mai je ne partirai vraiment jamais sans avoir de quoi m’abriter. Entre juin et septembre la météo est généralement beaucoup plus favorable en île de France mais ce n’est pas une règle absolue. Il pleut moins en été mais les pluies peuvent être beaucoup plus violentes (orages etc…)
      Donc en bref les dates auxquelles selon moi on peut dormir sans abri c’est : JAMAIS ! C’est chiant mais c’est comme ça, sinon il faut déménager dans le Sahara, et encore le soleil posera problème 😉

  4. Franchement mon pote génial je ne c’est pas si tu as un site YouTube mes si tu en a pas fais en un et mes en pratique montre le en vidéo tu feras un carton . Je me suis régalé à lire une grande partie . Je continuais ce soir le reste .
    Merci mon pote super ton site

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here