Aujourd’hui je prends le risque d’écrire un article sur la survie à partir d’un support plutôt inhabituel : un jeu vidéo !

La plupart d’entre nous n’avons en fait jamais été confrontés à une situation de survie extrême comme la guerre, la famine etc. Je n’aime pas avancer des théories sans preuves et à part des récits historiques ou des témoignages de gens ayant vécu de pareilles situations, nous n’avons donc pas beaucoup de sources sur lesquelles nous baser pour avoir une idée du comportement des gens en cas de crise grave.

J’ai découvert il y a peu un jeu vidéo en ligne essentiellement basé sur la survie : DayZ Standalone. Je me permets de croire que ce jeu est suffisamment réaliste pour révéler en partie le comportement qu’auraient en réalité beaucoup de gens en cas de situation catastrophique. A ceux qui disent « les jeux vidéos ce n’est pas comme la vraie vie » je suis tout à fait d’accord, néanmoins je reste persuadé qu’ils peuvent révéler en partie le comportement des gens, et j’espère vous en convaincre dans la suite de cet article !

 

Quelques mots sur DayZ Standalone

Le principe du jeu est simple. Au lancement du jeu, le joueur commence sur une plage de Chernarus, un État post-soviétique fictif qui a subit une catastrophe bactériologique. En tant que survivant, le joueur désarmé ne possède qu’un pantalon, un t-shirt et une lampe torche accompagnée de sa pile. Il doit se rendre à l’intérieur du pays pour trouver de l’eau, de la nourriture, des armes, des munitions, des médicaments et de l’équipement qui l’aideront à survivre.

Le joueur rencontre d’autres survivants (jusqu’à une soixantaine de joueurs peuvent être présents sur la même carte). Cependant, chaque joueur est seul et n’a pas d’alliés « par défaut », il n’y a pas d’équipes. La rareté des ressources qu’un joueur peut transporter font que certains joueurs, appelés « bandits », tuent les autres survivants, et les personnes prêtes à aider les autres (« héros ») sont rares, car il est courant qu’une personne se laisse aider puis tire dans le dos de son sauveur. Par conséquent, le survivant doit être attentif et prudent, et doit procéder méthodiquement.

 

Pourquoi ce jeu est très réaliste

La carte du jeu est un monde géant (225 km2) dans lequel se trouvent des villes, villages, points d’observations et bases militaires. Dans de nombreux endroits on peur trouver du matériel généré aléatoirement. Ce matériel peut être inutile (canettes et bouteilles vides, munitions inappropriées à l’arme portée), de survie (eau, nourriture, allumettes, tentes, cartes, bandages etc.) ou de combat (jumelles à vision nocturne, armes et munitions). Les armes restent néanmoins très rares et sont quasiment introuvables hors des bases militaires, très rares elles aussi.

Votre personnage est régi par des statistiques, qui sont sa quantité de sang (points de vie), sa faim, sa soif, sa température corporelle et son humanité. Sa faim, sa soif et sa température corporelle peuvent influencer sa quantité de sang, et son humanité désigne sa « bonté » envers les autres joueurs. Tuer un joueur la fait baisser, mais les soigner la fait monter. Il peut être affecté par différentes altérations d’état :

  • Le saignement, qui est infligé aléatoirement par les blessures (par arme blanche, par balle à cause d’une mauvaise chute etc.), et qui draine le sang du joueur.
  • Les fractures, qui forcent le joueur à ramper s’il a les jambes cassées. Il peut toujours se lever ou s’accroupir, mais bouger le remettra automatiquement en position allongée.
  • La douleur, infligée aléatoirement par les blessures, et qui fait trembler votre personnage lors de la visée.

On ne peut parler aux autres joueurs que par voie orale, via un micro, et seuls les joueurs à portée de voie dans le jeu peuvent nous entendre, tout comme en réalité.

Enfin, point très important : vous n’avez qu’une seule vie. C’est-à-dire que si vous êtes tué, vous recommencez complètement au point de départ, sans équipement ni nourriture. De plus, rien n’est plus facile que de mourir : on peut mourir de faim, de soif, de froid, à cause d’une blessure etc. bref, de tout ! Rien à voir avec les jeux vidéos classiques ou il faut se prendre trente balles dans la tête avant de mourir…

steamworkshop_webupload_previewfile_207044758_preview

 

Quelques points peu réalistes

Bien sûr cela reste un jeu vidéo et quelques éléments ne sont pas réalistes et ne sont là que pour pimenter le jeu :

  • Quelques joueurs jouent à DayZ comme aux autres jeux vidéos de tir : ils ne jouent pas vraiment la survie, se moquent de mourir et ne cherchent qu’à tuer d’autres joueurs pour le plaisir.
  • Il y a par endroits des zombies sur la carte, seulement ils ne sont pas du tout intelligents et très faciles à tuer même sans équipement sophistiqué. Ils ne perturbent donc pas vraiment pour moi l’aspect très réaliste du jeu.

 

Une véritable leçon de survie

Voici ce que j’ai appris en jouant à DayZ et qui à mon avis reste vrai dans la vie réelle. Je suis impatient d’avoir vos commentaires sur cette partie de l’article.

Deux grandes catégories de comportement

Il n’y a aucune règle du jeu dans DayZ, le seul but étant de survivre. Il est alors intéressant de constater que très vite, deux « familles » de joueurs sont apparues : les « bandits » et les « héros ». En effet quand on manque de nourriture et d’eau, éléments indispensables de la survie, il y a deux moyens de s’en procurer : soit on cherche sa nourriture soi-même ou en groupe dans des maisons abandonnées ou encore en chassant, soit on traque les autres joueurs pour les tuer et récupérer ce qu’ils portent sur eux. Ces deux catégories de joueurs sont assez équitablement réparties et on ne sait donc jamais sur qui on va tomber. Lorsqu’on rencontre un inconnu, une fois sur deux il nous donnera à manger et éventuellement de quoi nous soigner, une fois sur deux il nous mettra une balle en pleine tête avant même d’avoir dit un mot.

Comment éviter les mauvaises rencontres

Puisqu’on a 50% de chances de tomber sur un « bandit » et de se faire tuer à chaque rencontre, le meilleur moyen d’éviter cela et d’éviter au maximum les inconnus (finalement nos parents avaient raison !). Pour cela quelques règles de comportement s’imposent :

  • Il vaut mieux éviter les zones très concentrées en population : les grandes villes sont l’endroit où l’on trouve le plus de nourriture et de matériel mais aussi l’endroit où l’on rencontre le plus d’individus. Il vaut donc mieux rester dans des zones plus désertes comme la campagne et les petits villages. Le problème est qu’on est parfois forcé à se rendre dans une ville si on manque cruellement de nourriture ou d’eau, au risque de mourir.
  • Lors des déplacements, il vaut mieux rester le plus discret possible. Par exemple plutôt que de marcher en plein milieu d’une route, il vaut mieux la longer à quelques dizaines de mètres. On avance moins vite c’est sûr, cependant on risque beaucoup moins d’être repéré. Par ailleurs il vaut mieux se déplacer à pied qu’en véhicule. Le véhicule a tous les défauts : même s’il permet d’avancer beaucoup plus vite, il est extrêmement bruyant, ne peut emprunter que les routes entretenues en général, et c’est surtout un objet de convoitise qui vous causera des problèmes en cas de crise grave. De plus il y a un risque d’accident non négligeable : il serait bête de mourir d’un accident de voiture dans une des dernières voitures qui peuvent rouler !
  • Il faut éviter de signaler votre présence par le bruit ou la lumière. Cela implique de ne parler que pour dire des choses vraiment importantes et d’utiliser au minimum les lampes torches la nuit. Le feu est aussi à éviter au maximum de jour (fumée) comme de nuit (lumière). Il vaut mieux manger froid qu’être mort avec un repas chaud dans le ventre.
  • Enfin si vous avez la chance d’avoir repéré de loin un inconnu il y a deux possibilités : soit il vous a repéré et la meilleure solution est de vous enfuir vers une cachette éloignée dans un environnement où il sera difficile de vous retrouver (les bois sont bien pour cela) et d’attendre qu’il se soit éloigné, soit il ne vous a pas repéré, et le meilleur moyen est de se planquer dans la cachette la plus proche (un simple buisson peut faire l’affaire) et attendre que l’étranger poursuive sa route loin de vous.

Comment se comporter lors d’une rencontre inattendue

Comme je l’ai dit juste avant, je pense que le mieux est d’éviter au maximum les rencontres. Pour moi il n’y a pas de fierté à avoir dans une situation de survie extrême et il vaut mieux s’enfuir et sauver sa peau plutôt que de vouloir s’imposer et se faire tuer. Seulement parfois, on tombe sur quelqu’un très proche de nous (surtout dans les villes, au détour d’un rue) et la fuite n’est pas une option. Il faut alors agir subtilement.

  • Si vous êtes en position d’infériorité, que vous n’avez pas d’arme et que la personne en face de vous en a une, vous n’avez quasiment aucune chance de vous en sortir si elle a l’intention de s’en servir. Vous pouvez néanmoins mettre un maximum de chances de votre côté en suivant ces quelques règles :
    • Mettez vous en position de soumission (mains en l’air / à genoux) et essayez d’engager la discussion avec l’autre protagoniste.
    • Dites lui que vous ne lui voulez aucun mal, que vous n’avez pas d’équipement ou d’objet intéressant sur vous et que vous souhaitez juste poursuivre votre chemin.
    • Si vous avez en effet de la nourriture ou de l’équipement, n’hésitez pas à lui donner tout ce que vous avez en échange de la vie. Encore une fois il vaut mieux être nu et vivant que mort et habillé, enfin à vous de voir…
    • Enfin méfiez vous toujours d’un beau discours de la part de quelqu’un qui est plus armé que vous. Souvent les gens font semblant d’avoir une attitude amicale pour s’approcher de vous plus facilement et pouvoir vous tuer à bout portant d’une seule balle dans la tête plutôt que d’en gaspiller une dizaine en vous poursuivant.
  • Si vous êtes mieux équipé en armement que votre interlocuteur (c’est a dire que vous avez une arme à feu chargée et qu’il n’en a pas), je vous conseille de lui faire comprendre rapidement que vous n’avez pas l’intention de le tuer et en signe de confiance vous pouvez lui offrir à boire ou à manger. Il peut même être intéressant de l’inviter à poursuivre sa route avec vous. Cependant méfiance, parfois les gens ainsi rencontrés seront jaloux de votre matériel et chercheront à s’en emparer vicieusement. Gardez donc toujours quelques mètres de distance entre vous et votre nouvel. Vous aurez beau avoir un fusil d’assaut, s’il arrive à vous assommer avec une simple planche, au mieux vous vous réveillerez quelques minutes plus tard sans équipement au milieu de la route et personne à l’horizon, au pire vous serez mort…
  • Si vous êtes armé et l’inconnu également, la situation est généralement très tendue et dégénère souvent en duel. Sauf qu’il ne faut pas oublier que dans une situation de crise grave, les armes à feu et les balles sont très rares, et il est encore plus rare d’avoir les munitions qui correspondent à l’arme à feu que vous portez. Il y a donc beaucoup de chances pour que la personne en face de vous soit en train de bluffer et que son arme ne soit pas chargée. Si la votre l’est et que vous sentez que l’autre bluffe et essaye de vous intimider, tirez un coup en l’air et il saura à qui il a affaire.

dayz-standalone

La puissance du groupe

Si le groupe peut poser problème à long terme pour des problèmes de mauvaise entente interne, en cas de rencontre imprévue il s’avère être un atout de taille. En effet, assez étonnamment, un groupe de trois ou quatre personnes faiblement armées peut tout à fait mettre la pression à un individu seul un peu mieux armé. Lorsque vous dominez en groupe une personne seule et armée, le mieux est de lui confisquer son arme et ses munitions. Cela évitera de tomber sur cette même personne 100 mètres plus loin qui abattra la moitié des membres de votre groupe dans une embuscade.

Lorsque vous rencontrez quelqu’un qui est vraisemblablement amical et dans une situation proche de la vôtre en termes d’équipement de de nourriture, je ne peux donc que vous inciter à vous associer à elle, ne serait-ce que pour une durée limitée, comme la traversée d’une ville, quitte à vous séparer juste après pour reprendre chacun votre chemin.

Le groupe trouve tout son intérêt en cas de problème. Si une personne est blessée, un autre membre du groupe peut facilement courir chercher de quoi la soigner alors que seul, la mort est quasiment inévitable dans la plupart des cas.

_1OwIGVSEOkE.878x0.Z-Z96KYq

Evaluer le danger

En situation de survie on se retrouve souvent confrontés à des choix difficiles à cause de l’appréciation du danger. En effet, les endroits les plus intéressants pour se ravitailler sont en général les plus dangereux. Il faut donc éviter de succomber à la fainéantise et aller dans un endroit rempli de nourriture en comptant sur la chance pour s’en sortir, ça ne marchera pas. Il vaut donc souvent mieux marcher dix kilomètres de plus pour se rendre dans un endroit plus calme plutôt que de se précipiter dans un piège.

Toujours évaluer ses réserves

Dans DayZ encore plus que dans la réalité, il est très rapide de mourir de faim ou de soif. Il est donc essentiel avant de se lancer dans un trajet dans un endroit sans aucune source de nourriture ou d’eau de savoir combien de temps on peut tenir avec ses réserves. Cela est particulièrement délicat quand on ne connait pas bien la région ou l’on se trouve. Un des meilleurs outils pour cela est d’avoir une carte papier de la région, qui permettra d’évaluer la distance à parcourir d’un point à un autre. Pensez également à vous servir des panneaux routiers si vous n’avez pas de carte. A ce sujet je vous renvoie à mon article Quelle distance peut-on parcourir à pied par jour ?

 

Pour terminer sur un point positif

Contrairement à ce que j’ai lu sur de nombreux sites et forums sur lesquelles les gens spéculent sur le comportement de l’homme en situation de crise grave j’ai été plutôt rassuré par mes découvertes dans ce jeu. Encore une fois je ne suis pas débile et je me doute bien que le comportement réel des gens serait forcément différent dans la réalité. Seulement, dans un jeu vidéo où la valeur de la vie n’est pas très importante, quand je vois des gens vraiment sympa qui sont prêts à donner à leur prochain gratuitement, vivres et soins, je suis plutôt rassuré : dans la réalité, où chacun tient beaucoup plus à sa vie, je pense qu’il y aura également des gens généreux. Le problème est bien sûr que la générosité est proportionnelle à la disponibilité des ressources vitales. Moins il y aura à manger et à boire, plus les gens s’entre-tueront et contre ça on ne peut pas faire grand chose, à part s’isoler au maximum et chercher par soi-même de quoi subsister…

dayz___stand_alone_1_by_smirnoff67-d6yn0pp

Voilà pour cet article que je compléterai bientôt prochainement si le sujet vous intéresse. Je sais que j’ai pris un risque en prenant un jeu vidéo comme référence, les jeux vidéos n’étant souvent pas considérés comme des moyens sérieux d’en apprendre plus sur le monde. J’espère néanmoins que ma démarche vous aura intéressé et j’attends impatiemment vos réactions, positives ou négatives !

Paul et moi tenons à vous remercier pour le soutien que vous nous apportez de plus en plus au fil des semaines, via vos commentaires ici, vos likes et partages sur notre compte Facebook ou encore vos messages !
Nous dépensons beaucoup de temps et d’énergie sur le site en ce moment pour vous en apprendre un maximum sur le survivalisme et vous nous aiderez beaucoup en parlant de La Bible du Survivalisme autour de vous et en partageant nos articles sur les réseaux sociaux ou sur vos forums favoris.

Merci à tous et à bientôt !

Hugues

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous aimez notre site ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles et news gratuitement !
Pseudo
Adresse email

3 COMMENTAIRES

  1. Joueur de DayZ depuis très longtemps comme le collègue au dessus, je confirme que ce jeu pousse son réalisme au plus haut point de jour en jour, néanmoins, je tiens à préciser une chose : il faut différencier une chose sur DayZ qui est le serveur public et privé. Sur les serveurs publics, vous avez facilement 95% de « chances » de vous faire tuer par un gars que vous croisez étant donné que certains joueurs veulent juste faire comme dans Call Of Duty et que les autres l’ont bien compris et ne veulent plus se faire avoir à chaque fois. Le RP (Role Play) n’existe que sur certains serveurs privés où vous devrez contacter l’administrateur auparavant pour pouvoir y jouer sous ses règles (pas de tirs à vue, dialogue obligatoire ect..). Si vous avez l’intention de jouer à DayZ, faites bien la différence entre ces deux types de serveurs pour éviter une frustration inutile, apprenez bien votre anglais (logique) et si vous cherchez une équipe pour progresser dans ce jeu, je vous invite à rejoindre notre équipe via le site http://synergiegaming.fr/
    Désolé pour la petite publicité et merci de votre attention ! Bonne survie à tous.

  2. Bonjour à tous,
    Joueur de DayZ depuis la sortie du mod sur ARMA 2 je trouve cette article super intéressant avec des conseils super alors suivez les ! 🙂 Ce jeu est clairement une simulation de survie, et c’est la que la psychologie humaine fait un peu peur en cas fin du monde prématuré … Pour ma part je suis un joueur de type héros, mais nous sommes trop peu selon les serveur. ( y a des serveur avec des règles de bisounours ou tuer son prochain est interdit… ) Les joueurs sont trop souvent amener a tué et piller au lieu de s’entraider. Je pense personnellement que si demain c’est la fin, va falloir trouver une bonne cachette anti Bandit 😉 Il faut pensé survie durable et non dans l’instant T,

    voilou 😀

LAISSER UN COMMENTAIRE