Le terme « couteau de survie » est apparu dans le domaine militaire. Il désignait le couteau qui était fourni avec le bagage de survie distribué aux équipages d’aéronefs. Ce bagage était censé leur permettre de survivre en milieu hostile en cas de crash ou d’éjection. Dans un environnement hostile, c’est peut être l’accessoire le plus important. C’est celui qu’il vous faudra toujours avoir, même lorsque vous vous serez déchargé de 80% de votre chargement pour des raisons diverses. Il peut servir à la fois à vous défendre, à vous construire un abri, à vous nourrir et bien d’autres choses encore !

Les couteaux de survie peuvent prendre des formes très diverses. C’est ce qui va définir leur efficacité pour différentes fonctions. C’est pourquoi le choix du couteau que vous achèterez est forcément très personnel, et dépend de ce que vous cherchez. Le marché est très étendu, et les offres quasi infinies. Cet article est l’occasion de faire un point sur les différents éléments à prendre en compte dans votre choix, et de présenter quelques modèles qui sortent du lot de par leur rapport qualité/prix. (Pour plus de détails, il y a un petit « zoom » sur quelques modèles plus bas !)

Notre top 10 des meilleurs couteaux de survie !

#PhotoMarqueModèlePrixLongueur
totale
(cm)
Longueur
lame
(cm)
Poids (g)Matériau lameMatériau mancheLame
1Cold SteelSrk
140€27.315.2232acier inoxydable VG-1polymèredroite
2
ESEEModel 6
160€29.816.5333acier-Carbone 1095Micarta (composite)droite
3TOPSTom Brown Tracker290€
30,215,7590acier-Carbone 1095Micarta (composite)partiellement dentelée
4FallknivenA1 Survival Knife310€
28.316340acier inoxydablepolymèredroite
5KabarBecker Companion130€27.314.0635acier Carbone 1095 Grivorydroite
6MoraMorakniv 2000
40€23.211.4323acier inoxydablecaoutchoucdroite
7SpydercoBushcraft320€22.210.2220acier-CarboneG10 (fibre de verre)droite
8SOGSEAL team 170€31.217.6291acier inoxydable AUS8polymèrepartiellement dentelée
9ESEEIzula II120€17.17.6164acier inoxydable VG-1Micarta (composite)droite
10KabarKydex Sheath

130€
27,913,3365acier-Carbone 1095Thermoplastiquedroite

Quelques zooms :

Notre coup de cœur : le Cold Steel Srk (numéro 1, évidemment…)

Commencez par regarder son look… Perso, j’adore! Au-delà de ça, ce n’est évidemment pas le meilleur couteau de survie du marché (pour 140€, ça se saurait !), mais il est extrêmement efficace et coupant, il est résistant (pas eu de problème à déclarer en plusieurs années d’utilisation), et sa forme permet de l’utiliser pour se défendre si besoin. Pour 140€, c’est un super bon achat, vraiment si vous n’avez pas de couteau digne de ce nom il ne faut pas hésiter !

L’incassable : Le Tracker (numéro 3)

C’est un des couteaux les plus résistants du marché. Si vous êtes un peu brusque avec votre matériel, c’est celui qu’il vous faut. Multi-fonction, ce n’est ni le plus élégant ni le plus profilé pour de la découpe « pure », mais il est très efficace pour une utilisation diversifiée. Il sait tout simplement tout faire, et vous n’arriverez pas à le casser, même si vous essayez (bon, n’essayez pas trop on sait jamais… 🙂 ). C’est un petit bijou, mais il faut prévoir un petit budget ! (un bon 300€) Si vous avez la chance de pouvoir n’hésitez plus et foncez !!

Notre conseil « petit budget » : Le Mora 2000 (numéro 6)

Pour ceux qui veulent s’acheter un couteau de survie sans débourser 100€, c’est possible. Bien évidemment, il ne faut pas espérer avoir la même qualité de couteau qu’avec un Tracker (incassable à ma connaissance, mais quand-même 300€ grosso-modo), mais si on choisit bien on peut quand-même avoir quelque chose de correct. En gros, il faudra y faire beaucoup plus attention, ne pas lui imposer des contraintes trop fortes, le protéger d’autant plus des intempéries, et enfin ne pas avoir envie de dépecer un crocodile…
Si tel est votre choix, on vous conseille vivement le Mora 2000. Il est très performant pour son prix (une quarantaine d’euros seulement !). Bien sûr, vous pourrez trouver un couteau moins cher, mais là, sauf pour une tâche bien spécifique, qui ne demande aucune qualité particulière, c’est presque jeter de l’argent par les fenêtres à mon avis. Si vous prenez un couteau dans cette gamme de prix (environ 50€), gardez toujours à l’esprit que la lame n’est pas aussi épaisse, la jonction avec le manche pas aussi solide, etc. Il ne faudra pas, par exemple, infliger de flexion latérale à la lame du Mora 2000, sans quoi elle cassera très rapidement.  Malgré tout, ça reste tout à fait correct en termes de qualité, et utilisable pour des tâches de base. C’est bien mieux que de se contenter d’un couteau-suisse!

Petite remarque : nous parlons des couteaux Bear Grylls dans un article dédié

Couteau de survie à lame fixe ou pliante ?

Tout d’abord, vous devrez choisir si vous préférez un couteau à lame fixe, ou un couteau à cran d’arrêt (avec une lame repliable). Le second choix est évidemment plus commode, car le couteau prend moins de place, et peut généralement posséder plusieurs lames et fonctions (un peu comme un couteau suisse, allez voir notre article à ce sujet). Cependant, si vous cherchez un couteau avec lequel vous envisagez de devoir vous débrouiller en environnement hostile, voire dont votre vie pourrait éventuellement dépendre, je ne saurai que vous conseiller de prendre un couteau à lame fixe. Celui-ci possède beaucoup moins de chances de se casser (et pour en avoir fait l’expérience, un couteau pliant abîmé est en général bon pour la poubelle !). De plus, les couteaux à cran d’arrêt, du fait de la contrainte due au repliement de la lame, ont généralement une prise en main moins bonne.

Cependant, si vous cherchez non pas un moyen de dépecer des carcasses ou de vous défendre mais simplement une petite lame de secours, un couteau pliantpeut tout à fait faire l’affaire. Une possibilité, pour ceux qui souhaitent être vraiment parés est d’avoir un couteau « multifonction » assez petit, et en plus un vrai couteau de survie, avec une lame fixe.

Avec ou sans dents ?

Là encore, cela dépend de ce que vous voulez en faire. Le premier élément important à noter est qu’un couteau dentelé est très difficile à aiguiser, surtout si vous vous trouvez en pleine nature. Or, un mauvais couteau bien aiguisé coupera souvent mieux qu’un bon couteau qui n’a pas vu un fusil depuis 10 ans. En plus d’être beaucoup plus facile à aiguiser le couteau à lame « droite » aura l’avantage de couper beaucoup plus précisément, et sera plus efficace pour couper de la viande, dépecer, ou se défendre.

Un couteau à dent sera lui plus efficace pour couper des matériaux comme la corde, ou dans des situations ou vous souhaitez arracher plus que couper. Du fait du problème d’aiguisage, il semble cependant un peu dommage de choisir un couteau totalement dentelé. Ainsi, si vous souhaitez avoir des dents, il nous semble plus judicieux de prendre un couteau partiellement dentelé. De même, je préfère insister encore une fois sur l’importance primordiale de bien aiguiser son couteau, de manière régulière. Même si vous n’avez pas de matériel spécifique pour l’aiguiser à portée de main, il y a toujours une solution de secours : Aiguiser un couteau sans fusil.

Quel type de lame ?

La lame est évidemment la partie principale de votre couteau de survie. C’est une phrase qui peut sembler triviale au premier abord, mais vous verrez si vous cherchez un couteau qu’il est aisé de se laisser tromper dans son choix par tous les accessoires vendus avec le couteau, et de ne plus regarder les éléments primordiaux.

Premièrement, il faut choisir sa matière. Les métaux inoxydables sont évidemment très commodes. Ils ont l’inconvénient d’être moins souples, et ne permettent donc pas d’être aiguisés aussi finement que des couteaux en acier pur par exemple.

En termes de tailles, les possibilités sont également assez variées. Plus la lame est petite et plus elle sera précise. Cependant, dans un environnement hostile, il est tout de même préférable d’avoir un couteau avec une grande lame, qui est plus robuste et plus à-même de remplir ses rôles généraux. Une lame de 4 ou 5 cm de large et de 25cm de long, qui pourrait paraître énorme dans la vie de tous les jours, n’est pas absurde dans des conditions difficiles.

Quant à la forme, elle peut être très variable. Les lames pointues permettent de se battre au mieux, les larmes recourbées sont adaptées aux actions comme le dépeçage, les lames droites plus adaptées à la découpe de viande par exemple. Tout cela est une question de choix…

Quel type de manche ?

Concernant le manche, un manche en bois est généralement plus adapté. Il ne fait pas trop transpirer, ne glisse pas trop lorsqu’il est humide, et ne change pas trop de température. Cependant, le bois devra être bien traité pour résister aux intempéries et ne pas s’abîmer. Il est également préférable qu’il soit fait d’une seule pièce, afin d’éviter que des jointures ne vous blessent à force de frotter toujours au même endroit.
Les manches en composite se rapprochent généralement pas mal des manches en bois et sont donc assez agréables et plus résistants à long terme. Les matières plastiques auront l’avantage d’être très faciles à entretenir et de ne pas s’abîmer trop avec le temps et les intempéries.

J’espère que grâce à ces quelques conseils vous trouverez plus facilement votre couteau de survie idéal !

Et vous, quel est votre couteau préféré parmi notre top 10 ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

N’hésitez pas à laisser un commentaire pour nous donner votre avis sur votre couteau de survie et likez notre page Facebook !

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous aimez notre site ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles et news gratuitement !
Pseudo
Adresse email

13 COMMENTAIRES

  1. Personnellement j’ai ma marque fétiche (le budget y est aussi pour quelque chose): MORA!
    J’ai découvert la marque par le companion carbon, rapport qualité prix inégalable a mes yeux. Ça reste un petit couteau, mais il fait son job. Du coup j’ai investi dans le modèle bushcraft, plus cher que le premier mais bonne qualité. Le prochain sera le 2000.
    Je précise, les premiers son toujours opérationnels!

  2. Pour ma part je suis un inconditionnel d’Extrema ratio, j’ai craqué car vu le prix on peut dire ça pour le Ontos avec sa lame de 6.3 mm d’épaisseur, et pratiquant la chasse sous marine j’ai pris l’ ultramarine qui une fois le manche demonté peut tres bien se fixer sur un bois pour en faire un épieux ou lance!

  3. J’adore votre site. Il est super instructif et nous permet d’avoir une petite idée de la qualité du matériel que nous utilisons.
    Merci beaucoup pour votre site, continuez ainsi.

  4. Pour moi c’est Doukdouk dans la poche, le Cold Steel pocket Bushman pour mon EDC, Esee 6 + Machette Gator Jr de Gerber + Machette Kerchaw Camp 14 pour mon sac à dos.
    Un bon choix à votre avis?

    • Le bon choix est celui qui te convient. Chacun a ses propres goûts et à mon avis une fois que tu es habitué à un certain matériel et que ce matériel ne t’a jamais lâché dans les moments importants (d’où l’importance de privilégier la qualité avant tout) alors c’est le bon choix pour toi. Si tu ne fais pas confiance en ton matériel alors il n’est pas trop tard pour changer.

      • Oui Hugues, c’est sur que ce sera a l’usage que je vais garder ou changer.
        J’avoue que je viens de commencer ma préparation et je suis parti tout azimuts, nourritures, défenses, cultures, eaux.
        J’ai d’abord parcouru internet, Forums, Facebook et sites en tout genres, test de matériels surtout (Para-militaire, Survie, Buschcraft, Prévoyance, Résilience, Autonomie, etc…) et j’ai vu de tout, du plus raisonnable aux plus fou.
        Ça m’a pris du temps d’éplucher tous ça, et je me suis réduit a +/- 4 Forums, 2 Blogs, et 4 Facebook.
        Voila, mes choix se sont fait grâce a l’expérience des autres, et je les remercient.
        En résumé; Le Doukdouk, parce que je l’ai déjà depuis longtemps dans la poche, le Coldsteel pour tester, le Esee et la Gator Jr pour leurs qualités conseillée sur des forums, et la Kerchaw parce que plus épaisse de lame (batonnage).
        Quant je serai prêt, (d’ici quelques mois encore) je partirai pour le 72h avec mon pote, et la je saurai si je me suis trompé dans un ou plusieurs de mes choix.
        Je ne manquerai pas de faire un retour d’utilisation sur ce forum.

  5. Perso j’ai le Ontario RAT 7 en couteau de camp (qui ressemble beaucoup, beaucoup mais alors beaucoup au ESEE 6 :D), un couteau bien équilibré qui permet de faire du batonnage bien lourd et qui permet de se passer d’une hachette (je ne parle pas de remplacer une hache évidemment …) ou une machette.
    Sinon sur moi j’ai simplement un mora compagnon. Il fait le boulot pour moins de 15€ que demander de plus. Attention par contre au lame carbone de chez mora j’ai l’impression qu’elle demande un chouilla plus d’entretien que d’autres lame que j’ai. Bien penser à essuyer et graisser après utilisation.
    Quant à la liste je ne les connais pas tous, mais il y en qui font un peu trop « couteau d’opérateur tactique d’élite » non ? ^^ genre le TOPS ou le SOG ????

  6. Perso j’ai le Ontario RAT 7 en couteau de camp (qui ressemble beaucoup, beaucoup mais alors beaucoup au ESEE 6 :D), un couteau bien équilibré qui permet de faire du batonnage bien lourd et qui permet de se passer d’une hachette (je ne parle pas de remplacer une hache évidemment …) ou une machette.
    Sinon sur moi j’ai simplement un mora compagnon. Il fait le boulot pour moins de 15€ que demander de plus. Attention par contre au lame carbone de chez mora j’ai l’impression qu’elle demande un chouilla plus d’entretien que d’autres lame que j’ai. Bien penser à essuyer et graisser après utilisation.
    Quant à la liste je ne les connais pas tous, mais il y en qui font un peu trop « couteau d’opérateur tactique d’élite » non ? ^^ genre le TOPS ou le SOG 😀

  7. Mon favoris personnellement, le izula 2, avec de la pratique, sa taille est grand avantage ontraireme à ce que l’on pourrait croire ! On peut quasiment faire le même travail qu’avec un esee 6 ou un kabar (j’affectionne d’ailleurs énormément le célèbre pognard kabar qui n’est pas présent dans cette liste et pourrait y trouver sa place). Certes on prend peut etre plus de temps, mais c’est comme pour tout, il faut peser les pour et les contres de l’utilisation qu’on en a. Pour pratiquement avoir pu essayer tous les couteaux présentés ici, ou au moins les avoir tenu en main quelques fois, ce sont tous de très bon outils pour qui sait comment il veut les utiliser

    • Hé oui, mais c’est le problème de se limiter à 10 couteaux, il y en a forcément qui mériteraient peut être leur place et qui n’y sont pas… Après il y a toujours un peu de subjectivité là-dedans…
      Merci en tous cas pour votre commentaire!

  8. J’utilise personnellement le Survival Knife de Fallkniven, votre numéro 3, et il est effectivement vraiment très bien!! pas très polyvalent, évidemment, mais il coupe super bien c’est du bonheur! Sinon j’aime bien les couteaux de la gamme bear grylls aussi, dont vous ne parlez pas ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE