Nous avons -presque- tous un téléphone qui ne nous quitte jamais, mais est-ce que notre précieux « smartphone » sera là pour nous en cas de problème ? J’ai décidé de prendre les devants pour adapter mon téléphone pour avoir un vrai « téléphone de survie »

Quel cahier des charges pour notre téléphone de survie : « incassable »

  • Résister aux chutes : pas forcément du haut d’un immeuble mais au moins de plusieurs mètres
  • Supporter les changements de températures brutaux : il ne s’agit pas d’aller à la page ou d’avoir un peu froid mais d’être certain que le matériel ne nous lâchera pas même dans des conditions extrêmes
  • Être étanche : ça peut paraître évident, mais il faut que le téléphone résiste à l’eau et puisse rester fonctionnel même après être tombé dans une flaque ou dans une rivière
  • Avoir une bonne batterie : la aussi ça semble évident mais ça n’est pas un critère à négliger, d’autant qu’il peut être couplé avec un chargeur solaire pour un maximum d’autonomie
  • Avoir un GPS : primordial, tout simplement
  • Un plus est la résilience d’opération : si je peux utiliser mon téléphone avec les doigts mouillés ou avec des gants en hiver, ça me rendra service et pourra même me sortir de situations délicates

Les coques

Pour arriver à ce résultat, indispensable si vous vous retrouvez dans des conditions de survie, le premier et le plus économique des moyens reste d’acheter une coque de protection pour votre téléphone. Ici on ne parle pas de protections fantaisies et colorées, on fait simple, efficace et surtout résistant !

Je n’ai pas pu tester toutes les coques sur le marché bien sûr mais dans la petite dizaine que j’ai commandée, j’en ai particulièrement aimé deux. La première c’est la TANK par Case-mate. Massive, résistante, le design laisse présager de la solidité de l’objet avec un vrai plus : sa vitre rétractable qui permet de couvrir l’écran. On est sur un sans-faute, pas forcément le plus pratique pour la vie de tous les jours mais certainement la meilleure protection qu’on garde dans un tiroir à la maison et qu’on enfile sur son téléphone si la situation le nécessite !

Pour ceux qui préfère un look un peu plus passe partout sans compromis sur la résistance, je propose le Otterbox Defender. Efficace, extérieur en polycarbonate et intérieur en silicone : rien à redire et c’est ma préférée. C’est une vraie réussite à toute épreuve. Surtout quand on sait que 67% des dégradations d’un téléphone abîment l’écran, et que la housse du Defender permet de retourner le téléphone pour justement protéger…. l’écran ! (point important : dans cette position il faut sortir le téléphone de son étui pour regarder ses notifications ce qui n’en fait pas une position de la vie de tous les jours). Je mets ici le lien d’une vidéo qui veut prouver la solidité de la coque :

Dans la pratique, résister à une chute de 5m suffit à assurer une bonne survivabilité à votre téléphone. Avec ce modèle on est vraiment dans ce qui se fait de mieux sur le marché.

De manière plus générale, allez sur cette page si vous voulez voir les autres coques et étuis en mettant le modèle de votre téléphone pour trouver votre bonheur, et je vous conseille aussi d’acheter un film de protection (ici). En revanche, même si les coques s’adaptent sur la plupart des téléphones, vous n’en trouverez pas forcément de bonnes, solides et résistantes pour tous les modèles. Et dans ces cas-là, il est peut-être temps de passer le pas pour être toujours plus prêt : acheter un téléphone  de survie

Des téléphones pensés pour la survie

Il existe un certain nombre de téléphones qui remplissent les critères que j’ai cités au début. Même s’ils n’ont pas toujours été pensés spécifiquement pour la survie, ils sont des outils de premier choix !

J’ai testé trois téléphones de survie (et j’en ai finalement acheté un !) en me renseignant sur internet, au près d’un ami qui avait un des téléphones et finalement en me déplaçant pour le dernier. Le premier téléphone, celui de mon ami, est le CAT S50. Le plus beau d’après moi, mais le plus cher aussi, à vous de voir. Il est pensé pour la prise en main facile, résiste bien aux chocs, à la poussière et à l’eau. C’est un vraiment un bon téléphone que je recommande aux bourses les plus pleines ou à ceux qui travaillent dans des conditions qui font peser un risque quotidien sur leur téléphone.

Celui que j’ai acheté est le CrossCall Trekker M1 qui m’a convaincu par son large écran et sa grande résistance à l’eau et à la poussière. Le plus c’est le WetTouch de son moniteur qui permet de l’utiliser dans le plus grand nombre de situations et aussi son prix, car il est presque deux fois moins cher que le CAT s50.

Le troisième téléphone de survie que j’ai testé, je suis allé le voir et j’en ai discuté à un vendeur bien renseigné (ce qui n’est pas toujours le cas !) C’est le Mororola Moto X force. Un téléphone de constructeur traditionnel mais qui tient plutôt bien le coup, surtout avec une housse pour être sûr que le téléphone ne va pas vous lâcher au pire moment. Comme vous l’aurez compris, ça n’est pas mon téléphone préféré mais c’est le plus passe partout. Si vous voulez offrir un téléphone vraiment utile à quelqu’un qui aime un look classique, ce téléphone de survie vaut le coup.

Comment faire face aux défauts de réseau : les téléphones satellitaires

Pour les zones non couvertes par le réseau téléphonique classique, il existe des téléphones qui passent directement par les satellites. Contrairement à une idée largement répandue, le réseau de téléphone classique ne passe pas du tout par les satellite, mais par un réseau filaire entre les antennes (oui oui, même sous les océans !)

L’intérêt de ce type de téléphone, en plus d’être capable de « capter » absolument n’importe où (désert, océan…) est de continuer à fonctionner si le réseau de téléphonie local est défectueux (cas de situation dégradée locale). Le défaut est qu’ils coûtent assez cher, c’est donc une option à laquelle il faut bien réfléchir. C’est le prix de la robustesse.

Plusieurs modèles existent comme le Thuraya XT-LITE (notamment connu pour être utilisé par les extrémistes au Moyen-Orient !) ou le modèle Inmarsat IsatPhone 2, le grand classique des téléphones satellitaires (un peu plus cher cependant)

Un mot sur les téléphones prépayés

Les téléphones prépayés peuvent sembler une bonne idée mais les minutes vont s’épuiser. Finalement vous vous retrouverez avec un poids mort ( même si vous pourrez néanmoins utilisez l’écran comme un miroir, les circuits intégrés ou les pièces de métal  tranchants comme couteaux et la batterie pour faire démarrer un feu). Dans le même esprit, je conseille donc d’acheter un bon vieux Nokia 3310 dont tout le monde connait la robustesse et qui fera tout à fait l’affaire. (attention cependant : il ne pas oublier de prévoir un adaptateur de cartes SIM pour que les micro et nano SIM des téléphones actuels fonctionnent!).

Mon conseil reste donc de laisser les téléphones prépayés faire ce qu’ils font de mieux : offrir un numéro jetable si besoin. Pour ce qui est de la survie privilégier les outils adéquats que sont des coques résistantes et si possible encore mieux : des téléphones de survie !

 

En espérant que mes tests pourront vous aider!

Matthieu

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous aimez notre site ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles et news gratuitement !
Pseudo
Adresse email

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    En compléments des coques citées, on trouve aussi la marque Lifeproof.
    J’ai testé 2 modèles de la marque et je vous les recommande vivement.

LAISSER UN COMMENTAIRE