Depuis près d’un siècle, l’entreprise GERBER est reconnue pour la qualité de ses couteaux, qui ont gardé l’héritage du savoir-faire original de M. Gerber. Récemment, l’entreprise a lancé une nouvelle gamme de produit appelée « Bear Grylls », en hommage au cultissime héro de Man vs Wild, qui tourne autour de la survie et du survivalisme, et qui nous intéresse donc particulièrement.

Cette gamme est composée de matériels de survie divers tels que des lampes de poche, un (étonnant !) kit allume-feu de secours, une gourde, une boussole ou d’autres produits de ce type, mais aussi évidemment des couteaux.

Ce sont ces couteaux auxquels nous allons nous intéresser dans cet article. Nous avons déjà parlé des couteaux dans notre top 10 des couteaux de survie. Ces couteaux ne font pas partie de la gamme Bear Grylls car ils sont un peu plus haut-de-gamme (les prix de la gamme Bear Grylls sont plus abordables). Voici la présentation des 3 couteaux les plus intéressants de la gamme.

L’original: le Paracord Bear Grylls

Il présente l’intérêt d’être très léger (moins de 100g). C’est un couteau à lame fixe et polyvalente (cf. photo, pour plus d’explications voir ici). Cependant, ce qui le distingue principalement des autres est le fait qu’une corde Paracord est enroulée autour de son manche.

Avantages:

  • La prise en main n’est pas la plus agréable qui soit au premier abord, mais elle s’avère excellente dans les cas où le manche serait très humide par exemple.
  • La corde Paracord est celle qui était utilisée à l’origine pour les parachutes militaires et est donc extrêmement résistante.
  • elle permet en cas de situations d’urgence de fabriquer un piège, de réparer des vêtements ou des sacs, d’utiliser le couteau comme un couteau de lancer sans le perdre ou même de l’accrocher à un manche pour en faire une lance.

Quoiqu’il en soit, il serait impossible de faire une liste exhaustive ici, mais toute personne ayant déjà vécu en conditions difficiles sait qu’une corde n’est jamais de trop (voir notre article sur les bracelets de survie pour plus d’informations).

 

Le plus abouti: l’Ultimate Bear Grylls

Comme son nom l’indique, c’est le couteau le plus complet de la gamme. Sa lame est partiellement dentelée, en acier inoxydable et son manche très ergonomique est doté d’un grip antidérapant. En plus du couteau assez polyvalent et de bonne qualité (pour l’avoir testé moi-même), il est fourni avec des accessoires:

  • un pommeau renforcé qui permet son utilisation comme un marteau.
  • un sifflet de survie accroché au manche.
  • une pierre-à-feu (accessoire ô combien utile !)
  • un affuteur diamanté intégré au fourreau (voir notre article sur l’affutage pour plus d’informations)

C’est un couteau bien équilibré et très bien fini, qui a peu de chance de vous faire défaut au moment ou il ne le faut pas!

Le modèle pliant: le Scout Clip Bear Grylls.


Cette fois c’est un couteau à lame pliante, également partiellement dentelée. Pour le coup, sortir dans des conditions difficiles avec le Scout Clip pour seul couteau me semble un peu téméraire. Je vous conseille plutôt ce couteau en complément d’un vrai couteau de survie, si vous partez pour une grosse expédition. En effet avoir deux couteaux prend tout son sens si vous partez pour une expédition un peu longue :

  • en cas de perte ou de casse de votre couteau principal. Cela peut arriver, et on se sent bête, croyez moi…
  • parce que vous préférez les couteaux à lame non dentelée, mais qu’une lame dentelée peut parfois s’avérer très utile.
  • parce que vous êtes deux et que vous n’avez pas besoin de deux gros couteaux de 500g.
  • parce que votre vrai couteau est encombrant et que vous pouvez avoir souvent besoin d’un petit couteau à portée de main.

Bref, ce couteau n’est à mon avis pas suffisant, mais peut être un excellent complément si vous achetez un vrai couteau de survie.

Nous ferons un article ultérieurement sur le reste de la gamme Bear Grylls, qui comprend notamment une hachette et une machette ainsi que plusieurs accessoires très pratiques.

J’espère que cet article a pu vous être utile. Si vous avez également eu l’occasion de tester ces couteaux et que vous souhaitez partager votre avis, ou si vous avez un quelconque commentaire à faire, ils seront les bienvenus !

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter ou sur Facebook, et à partager cet article comme les autres ! 🙂

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous aimez notre site ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles et news gratuitement !
Pseudo
Adresse email

12 COMMENTAIRES

  1. salut
    je suis vraiment un fan des couteaux de survie notamment celle qu’on appelle rumbo ou bien chez nous onn dit couteaux des parachutistes, si c’est possible de m’orienter vers un site spécialisé ou bien si c possible m’envoyer une revue spécialiseée dans ce domaine

  2. La qualite de la lame est vraiment moyenne sur les Gerber « made in China » dont les Bear Grylls (dont le talent commercial est difficile a ignorer).
    Les Mora par exemple sont nettement plus economiques et les lames sont incomparablement mieux (j ignore ou elles sont fabriquees, peut etre en chine aussi!).
    J ai 2 Mora, et un Gerber.

  3. Bonjour
    J’aimerais bien avoir des avis sur la version ultimate pro de ces couteaux, je ne trouve rien sur votre site, à suivre ?

  4. Les couteau bear grylls,son de mauvaise qualité, cette gamme de matériel est inefficace lors de véritable trekking j’en vu pas mal se briser,être inefficace…
    autant prendre du vrai matos, après 10 ans avec un ka-bar et de multiples vrais trekkings (pas de simple petit camping de trois jours entre potes) il ne ma jamais lâcher.

    • on a un article sur les autres couteaux également. Ce n’est pas le même budget non plus. C’est une histoire de choix, de rapport qualité prix. Malheureusement nous n’avons pas tous 200€ à mettre dans un couteau.
      Après c’est quand même un rapport qualité/prix intéressant je trouve 🙂

  5. Je viens de découvrir votre site que je trouve pas mal.
    Concernant les couteaux, par contre, suis pas trop d’accord. la marque dont vous parlez est chère, fait un peu effet de mode (l’émission télé est plus du spectacle qu’autre chose).
    J’invite vos lecteur a découvrir la gamme Mora. Ce sont des couteaux simples, increvables et pas chers du tout. de quoi en avoir pour chaque usage.
    Une autre marque pas mal c’est Cold Steel. Ils ont un ou deux modèles très sympas notamment le Bushman.

    • En effet comme nous l’avons écrit dans l’article les couteaux Bear Grylls ne sont pas des couteaux haut de gamme, cependant ils ne sont pas si chers que ça et beaucoup de gens les apprécient pour leur rapport qualité-prix.
      Nous avons écrit un autre article plus complet sur les couteaux de survie ou nous présentons des modèles de meilleure qualité pour des gammes de prix variées. Nous y avons d’ailleurs noté l’intérêt de modèles Cold Steel et Mora. Notre top 10 des couteaux de survie n’est pas figé et nous essayons de l’actualiser le plus souvent possible pour donner les meilleures références à nos lecteurs.
      A bientôt.

  6. Bonjour!
    l’Ultimate Bear Grylls à été le premier vrai couteau que je me suis acheté, choisi en raison de sa polyvalence (couteau, marteau, firesteel, affûteur…), et pour l’instant, après 3ans environs, 2 nuits de survie et quelques expéditions, il m’a bien servit. Assez solide, je me rappel avoir pu « couper » des arbres d’un bon diamètre en frappant le dos du couteau avec une grosse roche pour affaiblir des arbres couchés et les casser entre deux arbres. La lame est donc assez large pour ne pas casser et/ou plier sous l’impact de la roche. Je l’ai aussi utiliser manière machette pour casser des petites branches, pratique.
    Le seul inconvénient, pour moi, est les petites dents.. Je ne suis pas fan des lames dentées et j’aurais préféré le nouveau modèle avec une pleine lame droite. Présentement, les dents sont pas mal toute brisé et il ne me reste que le bout pour couper. Après, je l’ai peut-être pas utilisé correctement avec les dents.. ^^

    • je ne suis pas forcément un grand fan des dents non plus donc je suis assez d’accord avec vous! Ceci dit, c’est vrai qu’il ne faut pas utiliser les dents n’importe comment si on ne veut pas les casser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here